Journal de Patrick

Coach Lysa me tourneboule

Publié le 20 janvier 2018 par L'Odyssée de Patrick
6 min.

Précédemment dans la vie de Patrick

Cher journal Intime de Patrick,


Mardi,
20h30
année 2018


Ici Patrick. </br> Un Patrick tourneboulé, dois-je te le confier. Lysa, oh comment ne pas te parler d’elle mon cher confident de papier, me fait des choses. Des choses, comment dirai-je, partout, dans ma tête, dans mon corps, et, je sais bien que je ne suis pas habile pour parler de ces choses là, mais, oui, c’est la première fois que je ressens ce genre de choses. Je crois que la vie me propose encore de nouvelles épreuves n’est-ce pas ? Je dois rester “focus” comme me le demande Lysa. Lysa, je suis focus désormais, c’est un engagement que j’ai pris avec vous, et avec moi-même, naturellement (et désormais avec toi).

Ainsi, et en premier lieu, et puisque c’est le coeur de ma motivation, je dois te mentionner mon projet. Mon idée de startup tourne autour de la formation, avec un grand F, mais d’une part, réalisée à domicile, ou, comme j’aime le dire puisque cela me semble plus chaleureux “à la maison”, et d’autre part réalisée par mes soins. Je pense avoir trouvé un nom à l’américaine, assez “catchy” (cf wikipédia) : “formation maison à la maison”. Je me suis inspiré du nom “les petits entrepreneurs” que j’ai trouvé très clair. Hervé m’a d’ailleurs dit que l’on pouvait comprendre mon projet immédiatement avec ce nom, et m’a suggéré de ne pas m’en trop m’en faire pour le nom définitif. Ce qui me laisse penser qu’il n’a pas encore compris que c’était le nom définitif, mais il avait l’air préoccupé, donc je n’ai pas insisté.

Mon cher journal, tu connais ma concision. En effet, lorsque je m’adresse à toi, c’est une page, pas plus, pas moins, même si je sais que tu aimerais parfois que je m’étende un peu plus, mais je dois rester dans une dynamique d’optimisation du temps. C’est aussi ça avoir une startup, oui. Pour autant, Lysa a été très clair sur mon business plan et n’a pas laissé de place au doute, en répondant à de nombreuses questions, avec beaucoup d’honnêteté : mon business plan est probablement brillant, mais apparemment trop long. Elle n’a pas fait de commentaire sur la mise en page, je l’ai confirmé. Elle m’a parlé d’”executive summary”. J’ai désormais le bon réflexe avec wikipédia. Il s’agit en réalité d’une version du business plan (dit BP) qui doit tenir, et cela va te faire rire, en une seule page. Comme lorsque je m’adresse à toi, c’est pour le moins drôle n’est-ce pas ?

J’ai pu prendre de nombreuses notes, car les conseils pleuvaient, si je puis dire. “Preuve de concept”, “validation marché”, “modèle économique”, “coeur d’activité”, tous ces termes qui me font comprendre que je ne suis pas avec n’importe qui, et que Coach Lysa (probablement américaine, même si elle n’a pas osé me l’avouer je pense), est redoutablement professionnelle. Vraisemblablement, l’étude que j’ai mené auprès de Hervé et maman n’est pas suffisante, et mon intuition ne le serait pas non plus. Lysa, m’a donc suggéré de tester mon idée de startup, et, quelle émotion en effet, m’a proposé ensuite de me prêter son appartement, qui est aussi son lieu de travail (devrai-je d’ailleurs lui conseiller des espaces de coworking ?), pour réaliser ce test “grandeur nature”.

J’ai intégré un groupe d’entrepreneurs sur facebook (que j’utilise de mieux en mieux). Après m’être présenté, j’ai présenté mon projet, et j’ai demandé si certains membres étaient “chauds” (il faut employer des termes dynamiques sur facebook) pour participer à un test. Je suis toujours dans l’attente de réponses, et j’ai commencé à interpeller des gens en message privé, ce qui n’a pas l’air d’être la bonne façon de faire pour l’instant. Je suis patient, il me reste encore 3 jours.


Patrick, 21h12