Journal de Patrick

Tester son concept, c’est excitant mais épuisant

Publié le 21 février 2018 par L'Odyssée de Patrick
6 min.

Précédemment dans la vie de Patrick

Cher journal Intime de Patrick,


Samedi,
22h30
année 2018


Ici Patrick. </br> Comment qualifier cette journée de la bonne façon et t’indiquer à quel point elle fut riche en émotions, en apprentissage et en avancées ? Et bien, oui, probablement comme je viens de le faire là. N’est-ce pas suffisant ? Tu as du constater l’heure. Je n’arrive pas à dormir, chose plutôt rare. Comme maman me le disait “tu dors si paisiblement ma petite marmotte”. Mais, comment dirai-je, ne suis-je pas en paix ce soir ? Où est-ce simplement l’excitation de cette journée que je qualifierai d’incroyable ? Je prends le temps de me confier un peu, car cela m’endort moi-même. C’est drôle, n’est-ce pas ?

Ainsi, la séance a commencé péniblement. En effet, oui, Jérémy s’est immédiatement levé pour partir. Sans dire un mot. Il le regrettera je pense, mais il ne pouvait pas connaître le contenu de la formation. Peut-être avait-il oublié un rendez-vous cependant. je ne dois pas tirer de conclusions hâtives. Mais il m’en faut plus pour me déstabiliser mon ami de papier. J’ai tout de suite pris les choses en main et attaqué la formation spéciale sur les réseaux sociaux que j’ai conçue moi-même évidemment. Je pense avoir impressionné mes auditeurs. Surtout Françoise. Elle a bien tenté quelques interventions, mais, entre nous, tout à fait farfelues. Mes conseils ont du beaucoup l’aider. Elle m’avait l’air un peu perdue dans toute cette modernité. Je l’ai constaté à son regard, qui m’a fait penser à celui de feu Hubert, notre chien. Un regard assez vide, et en même temps plein de reconnaissance (à mon avis, elle ne comprend rien, mais cela doit rester entre nous). Jean a été assez enquiquinant tout au long de la séance. Il se comporte comme un enfant et ne sait pas patienter. Mais, je dois avouer qu’il a mis de l’animation durant la formation malgré ses interventions peu congrues. Hermione a été à ce point stupéfait par mes conclusions qu’elle a failli s’étouffer avec les bonbons que je leur avais apportés. C’était assez cocasse, oui.

La suite de la séance a été plus courte, mais mes testeurs avaient peu de temps et avaient tous oublié qu’ils avaient quelque chose de prévu dans l’après midi. Sauf jean, qui s’était rendu disponible jusqu’au soir. Mais, en toute honnêteté, je ne me voyais pas continuer uniquement avec monsieur “Linkedin” comme j’aime à l’appeler en secret.

Et bien. Voilà. Je vais me lancer dans la création d’un questionnaire complet pour recueillir des feedbacks qui me permettront d’établir des conclusions que je pourrai présenter à ma chère Lysa. Je trépigne d’impatience. J’ai parlé à Hervé de Lysa. Il m’a dit « ha mon Patou, tu m’a l’air tout bouleversé ». Il faudra que je me penche à nouveau à tes côtés sur ce bouleversement.

Voilà, j’ai sommeil.

À bientôt mon petit carnet,

Patrick 23h07

NB : désolé si j’ai été plus concis que d’habitude. C’est que, vois-tu, mes journées sont très chargées, et naturellement, j’ai moi de temps à te consacrer. Sache que ce n’est absolument pas contre toi. C’est tout simplement, comment dirai-je, la dure réalité d’un entrepreneur.